Livre d'or

Par Bauwens




Le canal de Schipdonk , officiellement appelé , Dérivation de la Lys .
Le canal de Schipdonk traverse la province de Flandre orientale et l [Suite...]

Livre d'or

Image aléatoire
Galerie
Newsletter


Archives

 
Rss EMILE MASSON, un champion cycliste hors du commun



Emile Masson après sa victoire dans Paris-Roubaix



Vainqueur de la Flèche wallonne en 1938, ainsi que d'une étape du Tour de France, vainqueur de Paris-Roubaix en 1939, Emile Masson est fait prisonnier le 11 mai 1940, suite à la prise du fort d'Eben-Emael, et est dirigé vers le Stalag XI B de Fallingbostel, où il est placé au secret pendant trois mois.
Après avoir triomphé de l'enfer du Nord, Masson plongeait dans l'enfer tout court.




Entrée du Stalag XI B de Fallingbostel




Plan du Stalag XI B de Fallingbostel




Envoyé en kommando à Hannovre, il se blesse volontairement au pied en mai 1941 et rentre ainsi au stalag. Là, devenu sous-officier suite à une falsification de ses papiers, il est "nommé" interprète, ce qui lui permet de collaborer à la préparation de nombreuses évasions.
Lui-même tente sa chance mais est repris à une trentaine de kilomètres de la frontière hollandaise.
Après avoir purgé plusieurs peines de prison, il est envoyé dans un camp disciplinaire avant d'arriver à Gross-Lübars, au camp hôpital international dépendant du Stalag XI A d'Altengrabow, où il devient l'homme de confiance des prisonniers.




Ancienne carte postale avec la vue du camp de Altengrabow



Lorsque, le 3 octobre, l'insurrection de Varsovie est écrasée, les blessés sont embarqués pêle-mêle dans des wagons à marchandises plombés où, pendant quatre jours, ils resteront enfermés avant d'être débarqués près de Magdebourg : il y a là des hommes, des femmes et même des enfants d'une douzaine d'années qui avaient risqué leur vie en lançant des cocktail molotov sur les chars allemands; tous sont considérés comme prisonniers de guerre.
A Altengrabow, ils sont installés dans une partie du camp, isolés dans des baraquements entourés de barbelés.

Peu de temps après leur arrivée, deux prisonniers de guerre franchissent pourtant la porte de leur campement. Ils portent deux seaux de dix litres, remplis de riz au lait en poudre, de soupe, de cacao.
Très vite, J'homme de confiance des Belges devient l'ange gardien des enfants polonais. Ce grand champion cycliste est sans cesse sollicité pour
montrer un album de photos de ses exploits. La solidarité est totale entre Polonais, Français, Belges et Hollandais.
Un prêtre italien fut même amené à célébrer un mariage franco-polonais.
Cependant, à l'approche de la Noël 1944, les autorités allemandes décident du départ de toutes les femmes polonaises. Reconnues comme pri-
sonnières de guerre, elles sont deux mille au départ vers le camp d'Oberlangen, près de la frontière hollandaise. C'est là que, le 12 avril 1945,
elles seront libérées par la 1ère division blindée du général Maczek.

Mais l'aide apportée aux jeunes prisonniers de guerre polonais par les prisonniers de guerre belges et plus précisément par Emile Masson demeure dans le souvenir de tous les rescapés.
En 1984, le Cercle belge des Anciens de l'Armée secrète polonaise remettra la Croix de l'armée secrète à ce prisonnier wallon qui ne fut libéré que le 5 mai 1945 par les Soviétiques.

Après la guerre et cette dure période de captivité, Emile Masson reprendra sa carrière de coureur cycliste et sera deux fois champion de Belgique. En 1946, il remportera Bordeaux-Paris, vingt-trois ans après son père, qui, mineur à l'âge de onze ans, fit aussi une très belle carrière dans le cyclisme de l'après Première Guerre mondiale.



Source bibliographique:
Les Combattants de ’40 édité par l’institut Jules Destrée en avril 1995 (page 106 et 107)

Crédit photographique:
Histoire et légendes du cyclisme
https://legenducyclisme.wordpress.com/2011/01/10/les-combats-demile-masson/
Cyclopassion
http://cyclopassion.blogspot.be/2012/04/la-fleche-wallonne-1936-2012-victoir.html
Kriegsgefangenenmannschaftsstammlager der Wehrkreise X und XI
http://www.ak-regionalgeschichte.de/html/kriegsgefangenenlager.html
Le blog de carnets de guerre:
http://carnetdeguerrejeansiauve.over-blog.com/pages/2-cartes-postales-anciennes-du-camp-d-altengrabow-3335556.html
 
 
Note: 5
(2 notes)
Ecrit par: prosper, Le: 12/01/15


Scroll
Scroll