Livre d'or
Image aléatoire
Galerie
Newsletter


Archives

 
Rss La Libération de Bruxelles
La Libération de Bruxelles par des combattants de cinq nations différentes

À partir du 20 août 1944, les Alliés commencent à franchir la Seine et le Général Eisenhower, leur chef suprême, planifie la poursuite vers le nord. Le 21e Groupe d’Armées sous le commandement du Maréchal Montgomery est chargé de conquérir le Pas-de-Calais et de foncer sur Bruxelles tandis que le 12e Groupe d’Armées du Général Bradley doit libérer l’est de la Belgique et la Lorraine.

C’est ainsi que, dans un enthousiasme indescriptible et inoubliable, la Belgique va être libérée par des unités de cinq nationalités différentes !

Plusieurs offensives ont permis la libération de la capitale Belge opprimée depuis 4 ans :

A l’ouest, la 1e Armée canadienne du Général Crerar avec la division polonaise du Général Maczek sous ses ordres, libère les deux Flandres.

Mais c’est véritablement au centre que la 2e Armée Anglaise du Général Dempsey arrive aux portes de Bruxelles le 3 septembre 1944 avec la Division des Guards dans laquelle est incorporée la Brigade Piron magnifiquement aidée par la Résistance locale.
Les 2000 hommes se tiennent près pour entrer le lendemain dans la capitale.

Le 4 septembre, à 9 heures 30, le commandant de la division envoie ses ordres pour l'entrée à Bruxelles. Les deux mille hommes sont rasés de près, et impatients….. La Division des Guards précède le Groupement belge, donc se sont bien les anglais qui libèrent Bruxelles. Toutefois, deux pelotons belges accompagnent la division des Guards…
A 15 heures, la tête de colonne belge pénètre dans les premiers faubourgs de Bruxelles. Une foule en délire les accueille !


L'effervescence monte pour atteindre son point culminant Porte de Namur. La population semble progressivement se réveiller de quatre années de torpeur. Par la place des Palais, la colonne regagne la rue Royale où le colonel Piron fleurit la tombe du Soldat Inconnu.

C'est donc une ville abandonnée par un Reich allemand en train de s'éfondrer qui acceuille ses libérateurs, les bras et le coeur ouverts.

L'entrée des combattants belges dans leur capitale :

A 16 h 36, les véhicules de tête du 1er Groupement belge passent la frontière à Rongy. Quatre ans après la capitulation de l’armée belge, des soldats portant les couleurs noir-jaune-rouge reprennent possession du territoire national. Le 4 septembre, ils font une entrée triomphante à Bruxelles. Les soldats belges restent une semaine dans la capitale. Le 11 septembre, ils se remettent en route et, le même jour, ils libèrent 900 prisonniers politiques détenus au camp militaire de Bourg Léopold.

Tout comme à Paris en aôut 1944 mais dans une moins grande ampleur, Bruxelles connut des règlements de compte entre résistants et collaborateurs :
Les maisons de collaborateurs sont dévastées par des résistants (dont un certain nombre n’avait en fait jamais fait partie de la résistance auparavant) et les collaborateurs sont arrêtés ou tués.

.Malgré ces violences d’après-guerre, la joie de voir passer les libérateurs est bien réelle. Pour preuve, la déclaration de Winston Churchill à la Chambre des Communes : « We have in Belgium a tumultuous welcome. ».


Toutefois il est a noter que Pendant les mois suivants, jusqu'en avril 1945, Bruxelles connut encore le terrible assaut de 61 bombes volantes V1 -V2 à partir du 21 octobre 1944 mais des dispositifs de sécurité furent mis en place.

Voici quelques résultats statistiques établis par les services secrets britanniques :

Pendant les 5 mois que durèrent les combats, la 101e Brigade établie autour de Bruxelles détruisit 189 appareils, soit 35,9% de ceux ci.
Au total, Quelque 8661 V1 et V2 touchèrent 698 villes belges et tuèrent 6448 personnes et en blessèrent 22.500 autres.


Un missile V1 en vol



Liens :

Une mine d'informations sur cette brigade belge qui participa à de nombreuses opérations pour la Libération de l'Europe comme en Normandie et en Hollande.

Le site de la Brigade Piron


Un article de Loulou
Rédacteur pour freebelgians.net
Passionné par la Seconde guerre mondiale
contact : par le lien "contact" dans la marge
 
 
Note: 5
(1 note)
Ecrit par: prosper, Le: 28/05/11


Scroll
Scroll