Livre d'or

Par Visiteur

фильмы сериалы жанр жанры мюзиклы мюзикл - BT SPORT 2 смотреть онлайн, МАТЧ! ИГРА смотрР[Suite...]

Livre d'or

Image aléatoire
Galerie
Newsletter


Archives

 
Rss Un C.R.A.B dans la tourmente de mai 1940

Jose Ricour est âgé de 19 ans en mai 1940





Le 10 mai 40, le Ministère de la Défense Nationale crée le Centre de Recrutement de l'Armée Belge (CRAB).
Il place le CRAB sous le commandement du Lieutenant-Général Chevalier de SELLIERS de MORANVILLE. Il invite les jeunes de 16 à 35 ans à rejoindre un centre qui se trouve à Ypres.





Le 15 mai, les jeunes Quenastois, dont José fait partie, se mettent en route. Par les petits chemins de campagne, ils rejoignent Escanafles le soir. Le lendemain, ils se
remettent en route mais, les soldats britanniques les empêchent de rejoindre Ypres car les routes principales sont réservées aux convois militaires. Ils se retrouvent à Tournai et passent la frontière française à Wannehain (??). Vers 16 h, ils sont à Douai. Ils apprennent qu'un train réservé aux CRAB est en formation. Les voilà réunis dans 3 wagons plus un wagon de bicyclettes, sous les ordres d'un sous-lieutenant de réserve de l'Infanterie.
Le train se met en marche le soir et ils traversent les localités du nord de la France sans jamais rien voir.
Le deuxième jour du voyage le train s'arrête pendant plusieurs heures auprès d'une boulangerie militaire.
Le dimanche suivant, le train atteint Nantes où il s'immobilise de longues heures.
Une anecdote:
Leur ami Roger va aux toilettes et le train part sans lui. Il a rejoint son wagon la nuit en rampant sur les toits des autres.
Le périple continue, Roger, une fois de plus, faillit perdre le convoi. Il rattrape son train en gare de Saintes (France),en sautant du marchepied du train de voyageurs qu'il avait pris. Ils traversent La Rochelle sur Yon. Au réveil, ils sont au bord de l'Atlantique.
A Toulouse, le train est refoulé. Ils traversent alors Lourdes, Béziers, Narbonne.
Le chef du convoi les quitte, car les militaires en uniforme ont reçu ordre de descendre à Narbonne.

Ainsi, après huit nuits et sept jours, douze cents CRAB descendent le lendemain à Remoulins, village de mille habitants.
En rang par quatre, ils sont accueillis par le maire et installés.
Ils font dorénavant partie du 15ème groupe de CRAB sous les ordres du Colonel Baron de Trannoy.
La division de José est commandée par un adjudant-chef du 3ème Lanciers.
Des CRAB de Quenast et de Rebecq sont arrivés à Saint-Hilaire d'Ozilhan peu après.
Saint - Hilaire - d 'Ozilhan est situé à quatre kilomètres de Remoulins et très connu pour son Côte du Rhone.

Le train-train de la vie quotidienne commence.
Les habitants de Remoulins sont plutôt gentils... Jusqu'au jour de l'annonce de la capitulation de la Belgique, où certains citoyens, mal informés, les montrent du doigt.
Dans le courant du mois de juin, ils sont consignés.
Ils doivent être prêts, jour et nuit, avec leurs bagages sur leur bicyclette.
Ils apprennent par la presse française qu'il y a une scission au sein du gouvernement belge.
Le ministre de la santé, Marcel Henri Jaspar, veut rejoindre l'Afrique du Nord avec les forces mobilisables de l'armée belge du midi de la France.
Le projet est abandonné.

Du 20 au 22 juin, l'armée française étant en débâcle, les Allemands étant déjà à Pont-St-Esprit, les CRAB n'ont plus d'ordre.
José et quelques compagnons décident de remonter en Belgique à vélo. Ils traversent Pont-St-Esprit, Privas, La Voulte.
Là, José rencontre des connaissances de Nivelles, ce qui leur permet de profiter d'un ravitaillement qui leur fait grand bien.
Ils logent au Palais des Congrès à Lyon.
Ils apprennent à bien dormir sur le béton tant ils sont fatigués.
Par Bourg-en-Bresse, ils arrivent à Lons-le-Saunier, à la ligne de démarcation, où un fermier très gentil leur offre une bonne omelette.
Ils ont besoin d'un laisser-passer de ville en ville. Les Allemands sont on ne peut plus gentils.
Ils veillent à leur propagande!!! ( Ils changeront vite !!! ).
Coup de pédale après coup de pédale, le 1er août ils arrivent en Belgique.

Les CRAB sont restés longtemps sans être reconnus. Malgré qu'ils étaient sous les ordres d'officiers supérieurs, ils n'avaient pas de livret militaire, car les autorités n'avaient pas eu le temps de les inscrire. Certains ont même combattu aux côtés des soldats français. Il a fallu de nombreuses années pour que , non pas le ministère de la Défense Nationale, mais bien le ministère de la Santé Publique et de l'Environnement les reconnaisse.



Source Bibliographique:
Témoignage recueilli par J.Frings en 1993 auprès de José Ricour hélas décédé pour publication dans le livre "Rebecq Souviens-Toi" paru en 1994 et édité par l'A.S.B.L. Rebecq Historical Association.
Sources iconographiques:
Livre ibid
http://www.22eme.be/Histoires/Cres/Cres.html

Note:
Les centres de recrutement de l'armée belge (CRAB) sont, en 1940, les lieux d'accueil des civils belges appelés pour former la réserve de l'armée comme prévu par la loi sur la milice du 15 février 1937. Sur les 300 000 hommes convoqués, il est estimé qu'environ 200 000 tentèrent de rejoindre les CRAB
 
 
Note: 5
(2 notes)
Ecrit par: prosper, Le: 14/04/14


Scroll
Scroll