Livre d'or

Par Bauwens




Le canal de Schipdonk , officiellement appelé , Dérivation de la Lys .
Le canal de Schipdonk traverse la province de Flandre orientale et l [Suite...]

Livre d'or

Image aléatoire
Galerie
Newsletter


Archives

 
Rss Charles Roman, instructeur à Gosselies
Charles Roman est né le 28 août 1908 à Lessines, il s’était engagé à l’âge de vingt ans dans l’Aéronautique Militaire et était qualifié pour piloter des appareils de divers types. Moniteur depuis mars 1940, il était ainsi présent à Gosselies lors du bombardement de cet aérodrome le 10 mai 1940. Blessé, il doit cependant quitter ses camarades. Mais le 12 juin 1940, après un long séjour à l’hôpital, il revient à Tours, puis gagne Brest où il peut s’embarquer sur un navire qui lui fera atteindre Falmouth (Angleterre).

Roman, pilote doté d’une certaine expérience, est immédiatement engagé dans ce que l’on appellera « Bataille d’Angleterre ». Il pilotera des Blenheim du Coastal Command au sein du N° 235 Squadron.
Roman mènera de lassantes patrouilles maritimes dans une atmosphère de tension extrême.

En octobre 1940, la crainte d’une invasion allemande de l’Angleterre étant quelque peu retombée, Charles Roman sera parmi ceux qui fonderont le tout nouveau N° 272 Squadron. Sans suivront de nouvelles missions au-dessus de la mer mais, très vite, le 272 est transféré en Afrique pour opérer en appui de la VIII° Armée Britannique face à l’Afrika Korps de Rommel.
Roman remportera quelques victoires sur ce front.
Mais, son « tour » terminé, il est rappelé en Angleterre puis envoyé au Nigéria pour commander le N° 349 Squadron, la seconde escadrille de chasse belge, créée de toutes pièces dans ce pays.

L’expérience ne semble guère avoir plu à Charles Roman, qui, sa tâche terminée et l’escadrille enfin opérationnelle, demande à revenir auprès du N° 272 Squadron. Il y effectuera un second « tour » totalisant ainsi quatre-vingt mission de guerre.

Tout naturellement, Charles Roman va demeurer dans la toute nouvelle Force Aérienne Belge d’après-guerre atteignant le grade de lieutenant-colonel aviateur.
Le 25 novembre 1954, ce vétéran à la prestigieuse carrière trouvera la mort d’une manière aussi brutale que stupide. Au cours d’un vol de nuit, la verrière de son Meteor Mk 11 mal fermée s’arrache, décapitant le pilote et son navigateur, le capitaine Jean de Norman ( lui-même également ex-membre de la R.A.F. L’appareil emportant le corps des deux hommes s’écrasera dans le Bois de la Houssière à Braine le Comte.
Triste fin pour un pilote d’exception.

( Source : ‘’La Guerre aérienne dans la région de Charleroi 1940-1945’’ par Roland Charlier, Cynrik De Decker, Jean Leotard et Jean Louis Roba paru aux Editions De Krijger. ISBN 90-72547-60-8 )
 
 
Note: 5
(1 note)
Ecrit par: prosper, Le: 28/05/11


Scroll
Scroll